Conférence Téléphonique avec Tony Parker

Comment expliquez-vous cette défaite lors du premier match contre Denver ?
Ils ont joué très physique contre nous. Ils ont été plus agressifs. Ils nous ont dominé au rebond. C’est là où s’est joué le match. On a perdu la bataille des rebonds. Andre Miller a été performant. Il a joué au dessus de sa moyenne. Je ne l’ai jamais vu aussi bien shooter de l’extérieur. Il n’a mis que des shoots extérieurs alors qu’il n’est pas très connu pour ça. Il a fait son meilleur match de Playoffs.

Et vous, à titre personnel ?
A titre personnel, un peu comme les autres. Je n’ai pas réussi à trouver le bon rythme. On n’a jamais eu de bonne période. On jouait bien pendant deux minutes puis mal pendant cinq minutes. Après, il y a le quatrième quart temps où on fait 4 sur 21. On a connu une panne d’adresse incroyable et c’est ça qui nous a coûté le match.


Tony Parker (Brian Bahr/NBAE/Getty)

Tony, vous parliez du côté physique du match et du fait que les Spurs ont été dominés physiquement. Marcus Camby a déclaré que vous n’étiez pas aussi physiques que les gens voulaient bien le dire. Pensez-vous que vous avez besoin de réagir sur ce plan ?
Il faut qu’on réagisse. Je trouve que Marcus Camby parle un peu trop en disant que nous ne sommes pas physiques. C’est clair que sur le premier match on ne l’a pas été. Mais je ne pense qu’on puisse dire que nous ne jouons pas physique. On a de l’expérience, on a déjà été dans cette situation là. On a perdu le premier match des Playoffs. Il faut qu’on leur montre, qu’on réagisse. Il faut jouer à leur niveau et faire jeu égal au niveau de l’énergie.

Quel était l’état d’esprit de l’équipe au lendemain de ce petit cauchemar ?
On était un peu déçu. On a eu le sentiment qu’on n’avait pas joué à notre niveau. On a manqué beaucoup de shoots faciles. Moi personnellement j’ai manqué trois ou quatre de mon tir favori, le tear-drop. Nous avons manqué beaucoup de tirs ouverts. Même si on a mal joué, à deux minutes de la fin on était quand même devant. On a eu le sentiment qu’on leur avait un peu donné le match.

Ce qui fait aussi votre force c’est la maîtrise de ces derniers instants. Qu’est-ce qu’il a manqué ? Etait-ce lié à un peu de nervosité ?
Non, ce n’était pas de la nervosité. On n’a pas mis les gros shoots contrairement à eux. Ils ont mis des gros shoots à la fin du match, à l’image de Earl Boykins et Carmelo Anthony. Pendant les deux dernières minutes, ils ont tout mis dedans. Pendant les Playoffs, c’est comme ça, une fine ligne entre la victoire et la défaite. Quand tu y repenses, avec tous les shoots qu’on a manqués, on était quand même devant à une minute de la fin. Il faut juste se ressaisir et mieux jouer au deuxième match.

J’ai l’impression que les Denvers Nuggets sont une franchise qui ne vous réussissent pas vraiment cette saison. Ils restaient sur deux victoires d’affilée en saison régulière.
Sur les deux derniers matchs, il manquait Manu Ginobili et Tim Duncan. C’est une des équipes qui arrive à bien jouer contre nous. Ils sont très athlétiques et ont beaucoup de personnes à l’intérieur avec Marcus Camby, Nene Hilario et Kenyon Martin. Ils sont costauds. Ils sont bien au niveau des duels. Ils ont des bons extérieurs avec Carmelo Anthony qui est un trois assez costaud. A chaque fois ils jouent bien contre nous. Je pense que ça ne va pas changer notre stratégie. Il faut juste qu’on joue notre jeu et qu’on soit plus performants lors du quatrième quart temps.

Quelle est donc la recette pour essayer de les battre ?
Il faut qu’on rivalise en énergie et qu’on joue avec la même agressivité qu’eux.

Vous avez fait un parallèle entre cette série et celle contre Phoenix en 2003 où vous perdez un match à la dernière seconde. Pensez-vous que ce premier tour de Playoffs contre Denver soit le plus difficile que vous ayez eu à jouer avec les Spurs ?
Je ne sais pas, mais ça me rappelle Phoenix. Ils nous avaient battu trois fois sur quatre en saison régulière. Ils avaient vraiment bien joué contre nous. Il y a de similitudes entre ces deux séries. Phoenix jouait pareil, très physique. Ils étaient très athlétiques. Ils arrivaient à bien défendre contre nous.  On se retrouve dans la même situation. Il faut les respecter et prendre conscience que ça va être une grande bagarre pour les battre.

Tim Duncan est-il à 100% de ses capacités ou a-t-il toujours du mal suite à sa blessure ?
Je pense que Tim est à 80%. Il n’a pas totalement récupéré sa cheville. Ca va prendre du temps mais je pense qu’il va monter en puissance pendant cette série.

Est-ce qu’en attendant que Tim soit à 100%, vous vous sentez investit de responsabilités particulières au niveau offensif notamment ?
Non, on va jouer comme d’habitude. C’est d’abord la balle à l’intérieur. Tout passe par Tim dans un premier temps. Ca ne va pas changer notre jeu même si Tim est à 80%. J’ai moins d’opportunités que lorsque Tim n’est pas là. Mais il faut que je sois performant même si la balle passe par Tim.

L’équipe dans son ensemble n’était-elle pas trop confiante avant de tomber dans une bataille aussi impitoyable que les Playoffs ?
Je ne sais pas. J’avais l’impression qu’on était concentrés mais peut être qu’on ne se rendait pas compte que Denver était aussi fort que ça et aussi physique. On savait que c’était une bonne équipe mais pas capable de jouer aussi physique, aussi dur. Ca ressemble un peu à la série de Phoenix et maintenant c’est à nous de réagir.

Avez-vous le sentiment que ce premier tour est le plus difficile de la série et qu’ensuite la route sera dégagée ?
On ne pense pas trop à ça pour le moment. Toute notre concentration est sur mercredi. Il faut gagner et ensuite on verra.

Les commentaires aux Etats-Unis à votre égard non pas été très tendres à l’issue du premier match. Cela vous met-il une pression supplémentaire ?
En tant que meneur de l’équipe j’en ai pris beaucoup. Ce sera toujours plus sur les joueurs majeurs que sont Tim, Manu et moi. Ca ne me dérange pas, les gens parlent beaucoup. C’est comme ça, ça fait partie du métier. La seule chose à faire est de réagir lors du prochain match.

Ca ne vous met pas une pression supplémentaire ?
Non, je vais jouer de la même façon que durant la saison régulière.

Vous disiez que Denver avait joué très physique. Pensez-vous qu’ils peuvent maintenir ce niveau sur toute une série ?
Oui je pense car c’est leur façon de jouer. C’est comme ça qu’ils prennent tous les rebonds, qu’ils jouent dur. Leur point fort n’est pas le tir extérieur. Il faut s’attendre à les voir jouer comme ça durant toute la série.

Par rapport aux 17 shoots ratés, avez-vous le sentiment que c’est un hasard total et que ça ne se reproduira pas ? Ca rappelle parfois certains problèmes que vous avez eus en Playoffs notamment contre les Lakers, les Nets ou les Mavericks. Peut-on comparer ces situations ?
Je ne compare pas trop. Chaque année est différente. Tu peux avoir des similitudes. Mais les équipes sont différentes. On a plein de nouveaux joueurs par rapport à 2003. C’est difficile de comparer.

Est-ce que la série Dallas – Houston où les Rockets mènent deux à zéro est une surprise pour toi ?
Je pensais que Houston allait gagner un match mais deux c’est une surprise. Je pensais que Dallas allait réagir et gagner nettement la deuxième rencontre. Houston a montré beaucoup de cœur et a été physique. Les Rockets sont en forme en ce moment.

Les résultats des autres séries en cours te paraissent-elles logiques ?
A part Houston, tout a été pour le moment logique.

Sur quoi allez vous mettre l’accent les jours à venir ?
On n’a pas de formule magique. On veut être surs de jouer avec la même intensité qu’eux.

Comment avez-vous senti le public ?
Le public était bien, puis fâché. Notre public veut qu’on aille au bout et qu’on remporte le titre. On a perdu le premier match, ils ont critiqué mais c’est normal quand tu joues dans une ville où il n’y a que le basket. Je ne fais plus vraiment attention.

Vous avez dit qu’un des points positifs du premier match était Nazr Mohammed. Pensez-vous qu’il aura un rôle à jouer même après le possible retour de Rasho Nesterovic ?
Je pense qu’il jouera un rôle important, même lorsque Rasho sera de retour. Il jouera beaucoup de minutes. Il a de longs bras et joue avec beaucoup d’intensité. Il est présent au rebond. Il a besoin de confiance. Il joue de mieux en mieux.

Par rapport à la saison régulière, quels sont vos favoris pour le titre de MVP ?
Shaquille O’Neal et Steve Nash.

Les difficultés des Spurs à l’extérieur cette saison ne sont-elles pas inquiétantes après une première défaite qui vous fait perdre l’avantage du terrain ?
On a perdu beaucoup de matchs à l’extérieur quand Tim n’était pas là. Notre bilan à l’extérieur est moins bon que les années précédentes. Mais je ne m’inquiète pas trop. On a des joueurs d’expérience et on est capable de gagner des gros matchs à l’extérieur.

Parmi les critiques dont vous avez été l’objet après le premier match, il semble que Charles Barkley ne vous ait pas épargné en direct sur TNT. Avez-vous entendu parler de ça ?
J’en ai entendu parler. Beaucoup de gens chez les Spurs n’étaient pas content de ce qu’avait dit Charles Barkley parce que c’est n’importe quoi. Il a critiqué ma façon d’arriver au match. Je ne fais pas attention à ces choses là. Les gens qui me connaissent savent que je suis concentré sur les Playoffs et que j’attends ça depuis longtemps.

Sur le premier match vous faites un bon boulot en faisant jeu égal avec Andre Miller sur le jeu rapide. Denver est une équipe qui aime jouer rapidement. Allez vous continuer à essayer de les empêcher de jouer vite et d’avoir leur rythme ?
C’était un gros point de notre stratégie. Il fallait arrêter de leur laisser marquer des points en contre-attaque. Ils nous avaient fait mal en saison régulière avec beaucoup de points en transition. La plupart des points offensifs de Denver viennent de ce jeu en transition. Je pense qu’on a fait du bon boulot. Le problème c’est qu’il faut aussi contrôler le rebond. C’est sur ce point là qu’ils nous ont fait mal au premier match. On leur a donné trop de secondes chances.

Cette fin de match catastrophique est-elle due à la peur de gagner ?
Non, pas vraiment. Il y a des matchs où ça ne veut pas rentrer. Quand j’ai manqué mes tear-drops et Tim des lay-ups, je me suis dit que ce n’était vraiment pas notre soirée. Denver a bien joué le coup.

Sur quoi le coach a-t-il insisté après cette défaite ?
Il était plus déçu sur notre intensité. Le fait qu’on n’a pas fait jeu égal au niveau de l’énergie. Il nous a montré des exemples sur ces points et maintenant il a hâte de voir notre réaction.

    • Play of the Day

      Kobe Bryant gets the friendly roll on the clutch 3-pointer to seal the win for the Lakers.
    • Play of the Day

      Nick Collison flies down the lane to throw down this putback jam.
    • Play of the Day

      Shane Battier inbounds the ball off Paul Pierce's back and scores the easy layup.
    • Play of the Day

      Kobe may not have made many shots today but he hits when it counts to give the Lakers the lead and ultimately the win.
    • Play of the Day

      Dirk Nowitzki hits the huge shot with time running down to give the Mavericks the win over the Magic.
    • Play of the Day

      Russell Westbrook hits the running three at the end of the third quarter.
    • Play of the Day

      Gordon Hayward hustles back to block Keyon Dooling, then rejects Avery Bradley and gets the ball to start the fast break.
    • Play of the Day

      Goran Dragic dribbles behind the back then gives the behind-the-back pass to Luis Scola for the score.
    • Play of the Day

      Rodney Stuckey dribbles the ball down the court and calmly hits the game-winning shot with :00.2 left.
    • Play of the Day

      Dwyane Wade heaves a half-court 3-pointer right before the buzzer to end the third quarter.
    • Play of the Day

      Luol Deng tips in the game-winning bucket in overtime to give the Bulls the 102-101 win over the Raptors.
    • Play of the Day

      Kevin Durant nails a 3-pointer with just a few seconds left in regulation to help send the game to O.T.
    • Fan Night Top 10

      Watch the Top 10 plays from an amazing eight games on Fan Night.
    • The Daily Zap

      Go around the NBA and see highlights from all eight games on Fan Night.
    • Dunk of the Night

      Andre Iguodala takes flight and throws down the nasty dunk.
    • Steal of the Night

      Greg Monroe gets the steal and takes it in for the dunk.
    • Nightly Notable

      LeBron James scores 41 points, pulls down six boards and dishes out four dimes in the Heat's 99-93 win over the Sixers.
    • Assist of the Night

      Steve Nash gives Marcin Gortat the behind-the-back pass for the layup.
    • Block of the Night

      Ronny Turiaf and Shane Battier combine for the block that leads to a bucket on the break.
    • Monday's Top 5

      While his Kansas Jayhawks may have fallen short on Monday, Nick Collison has his One Shining Moment in tonight's Top 5.
    • The Daily Zap

      NBA stars had their share of shining moments on Monday night.
    • Dunk of the Night

      Blake Griffin puts this offensive rebound back like only he can.
    • Steal of the Night

      DeMarre Carroll steps in front of the pass and starts the Jazz offense.
    • Block of the Night

      Serge Ibaka doesn't give up on the play and chases down Rudy Gay for the block.